L'Iode

 


Qu’est-ce que c’est ?

 

L'iode dans l'alimentation, c’est un oligo-élément avec un rôle important pour le bon fonctionnement de la thyroïde. Il est stocké dans l’organisme dont 25% dans la glande endocrine.


A quoi il nous sert ?

  • L'iode contribue dans production des hormones thyroïdiennes T3 et T4, avec un rôle dans la régulation du métabolisme cellulaire, basal et la régulation de la température,
  • il aide à la production des sucs gastriques et à la digestion des glucides, des lipides et des protéines,
  • l'iode intervient sur le système nerveux et sur le développement intellectuel,
  • il aide au bon fonctionnement du cœur et des muscles,
  • il favorise la croissance et la maturation du squelette,
  • il est nécessaire à une bonne fertilité et stimule la lactation chez la femme allaitante,
  • il a une action positive sur le système tégumentaire : peau, cheveux, ongles...

 


Quels en sont nos besoins ?

 

Les besoins sont de 150 micro-grammes d’iode par jour pour un homme. Les apports peuvent varier en fonction de l'âge et de l'activité physique. A voir : le guide des apports nutritionnels.

Les personnes qui doivent surveiller leur taux en iode sont :

- Les femmes enceinte et allaitantes,
- les femmes ménopausées,
- les fumeurs,
- les sportifs,
- les nourrissons, les adolescents,
- les personnes âgées,
- les personnes sous traitement médical.

 


Les effets en cas d’insuffisance dans le corps :

 

La carence importante en Iode entraîne une baisse de production d’hormones thyroïdienne et peut provoquer des troubles (prise de poids, fatigue générale, baisse de la mémoire, constipation, dépression, diminution irréversible des facultés mentales, hallucinations, stérilité).

La carence en iode est rare en France car le sel de table y est souvent enrichi.


 

 

Les effets en cas d’excès dans le corps :

La surcharge en iode est également très fréquente, mais elle est rarement d'origine alimentaire. Il s'agit le plus souvent d'un surdosage médicamenteux.

Un excès d'iode dans l’organisme, peut provoquer des symptômes (écoulement nasal, éternuements, éruptions cutanées, salivation, pharyngite, acné, purpura, hémorragies diverses, rythme cardiaque irrégulier, céphalée, vertiges,...) ou plus graves (œdème de la glotte ou du poumon).

 


 

 

Les aliments qui en contiennent le plus : (pour 100 g d'aliment)

  • Foie de morue (égoutté) : 500,00 µg
  • Filet de sardine sans arêtes à l'huile d'olive (égouttés) : 400,00 µg
  • Corne de gazelle : 400,00 µg
  • Huile de foie de morue : 400,00 µg
  • Bouillon de boeuf déshydraté : 390,00 µg
  • Cabillaud : 360,00 µg
  • Moule : 352,00 µg
  • Pâté à base de poisson et crustacés : 310,00 µg
  • Eglefin (vapeur) : 260,00 µg
  • Mousse de poisson : 250,00 µg

Et pour en savoir plus, voici une liste de quelques sites :